Astuces de grand-mère : Comment faire soi-même ses conserves

Conserves

Astuces de grand-mère : Comment faire soi-même ses conserves

Au fil du temps, nos ancêtres ont perfectionné la maitrise de préservation des aliments. Nous connaissons, par exemple, le fumage, le séchage, ou la salaison. La congélation est la plus moderne. Mais de nos jours, les conserves font également fureur. Elles procurent un gain de temps aux plus pressés. Elles permettent aussi de consommer des fruits ou légumes hors saison. Vous économiserez également en énergie en libérant votre réfrigérateur. Et cerise sur le gâteau, vous ne vous ruinerez plus avec les conserves industrielles. Si leur préparation est assez facile, il n’est pas toujours évident réussir la conservation de vos recettes. Heureusement, les recettes de grand-mères peuvent vous aider à tout régler facilement ! Comment ? Focus sur les astuces et recettes pour des conserves maisons réussies.

Quels récipients choisir pour ses conserves et comment les préparer ?

La base des conserves traditionnelles réussies demeure dans l’hygiène impeccable de vos concoctions. Cette propreté commence par le contenant. Le pot Manson reste le récipient de prédilection pour vos recettes de conserves. Son couvercle à usage unique assure une étanchéité complète. La bague parfait le scellage pour une conservation durable.

Les pots Manson se nettoient sans savon, avant leur utilisation. Vous poursuivrez ensuite par la stérilisation à l’eau bouillante, pendant un quart d’heure. Laissez vos contenants sécher à l’air libre pendant que vous préparez vos délicieuses recettes. Même si la rapidité vous tente, n’essuyez surtout pas les pots avec un, torchon, au risque de transmettre des bactéries. Finalisez plutôt le séchage au four, sous une température de 350 degrés, pendant 10 minutes.

Les bases de la mise en conserve

Tomates en conserve

Le point commun des processus de conservation réside dans la mise en pot. Tout d’abord, elle se réalise à chaud. C’est-à-dire que les récipients et la préparation doivent rester brulants. Plus précisément, la chaleur de la nourriture doit correspondre à 85 degrés minimum. Une fois, la mise en pot, entamée, vous devrez agir vite pour ne pas laisser le plat refroidir. Remplissez les pots avec les préparations, jusqu’à 1,25 cm en dessous du couvercle.

Les recettes contenant des agents de conservation, comme le sucre, le sel, ou le vinaigre, ne nécessitent pas de traitement thermique. Par contre, vous devrez vous assurer que les pots soient scellés dans les 24 h de la mise en boîte. En d’autres termes, le couvercle a émis un « pop » au moment de la fermeture, et lorsque vous appuyez dessus, le couvercle ne s’enfonce pas. Le cas échéant, gardez votre conserve au réfrigérateur et consommez-le dans la semaine. Sinon, vous pouvez les transvaser dans un pot en plastique pour les mettre à congeler.

Les différentes techniques de mise en conserve

Les techniques de mise en conserve diffèrent selon l’acidité des aliments. Les aliments acides nécessitent un passage dans l’eau bouillante. Il s’agit des tartinades, des fruits, des chutneys ou des marinades. Pour ce faire, déposez les pots dans une marmite remplie d’eau, à 2,5 cm au-dessus des couvercles. Laissez bouillir 10 minutes avant d’éteindre le feu. Retirez le couvercle de la marmite et attendez 5 minutes pour sortir les bocaux à la verticale. Prévoyez un torchon pour éviter de poser directement les pots sur le comptoir froid. Le choc thermique pourrait les casser.

La mise en pot des aliments peu acides comme les légumes, les viandes, ou les soupes, exige l’utilisation d’un autoclave. Il faudra traiter les pots sous une chaleur à haute pression pour atteindre une température de 116 °C. Cette procédure tuera toutes les bactéries toxiques. Pour garantir une conservation impeccable des aliments à faible acidité, vous devrez suivre à la lettre, les quantités, le temps, et la température indiqués dans les recettes.

Images : justebien.fr ; i.pinimg.com