Comment éviter le gaspillage avec la préparation de conserve ?

Comment éviter le gaspillage avec la préparation de conserve ?

Le gaspillage alimentaire est un phénomène néfaste pour l’environnement, l’économie et la société. Et pourtant bon nombre de foyer ne font pas assez attention et participent à ce genre de mauvaises gestions. Les solutions pour réduire le fléau sont à portée de main et faciles à réaliser.

La préparation des bocaux de conservation en fait partie. C’est une méthode à l’ancienne qui revient en force dans le quotidien. Comment l’applique pour vos diverses préparations ? Voici quelques conseils qui pourront vous aider dans cette démarche !

L’avantage de la conservation en bocaux

Une conservation en bocal offre plein de saveurs et permet la réalisation de plusieurs recettes. La méthode facilitera grandement votre quotidien pour peu que la préparation soit correctement réalisée. La réalisation des conserves est un réel jeu d’enfant. Le moment se partage facilement avec les enfants. Aussi, les aliments conservés en bocaux disposent de plus de nutriments, de goût et sans additif. Par contre, il ne faut pas oublier que les denrées alimentaires destinées à la conservation doivent être bio de préférence ou de bonne qualité et fraîche. La sélection permet d’éviter une éventuelle déception lors de la consommation.

Les précautions à prendre avant la préparation des bocaux

Des règles d’hygiène doivent être respectées dans la préparation des bocaux pour une dégustation sans conséquence sur la santé. La stérilisation des contenants vides est une précaution primordiale à prendre. Une eau bouillante équivalente à 100 – 150 °C s’avère nécessaire dans ce processus. Il faut également nettoyer les mains et les ustensiles liés à la préparation.

Pour plus de prudence, il est conseillé de coller une étiquette datée sur la boite afin de vérifier l’échéance de conservation. À partir du moment où le bocal est entamé, la préparation se met au réfrigérateur et se garde en réserve dans les deux jours jusqu’à une semaine après l’ouverture. La consommation est interdite au-delà de la date indiquée pour éviter tout désagrément lié à votre santé.

Les différentes étapes pour une bonne conserve

Abricots

Une fois que les ingrédients et équipements à votre disposition sont prêts, il faudra procéder aux étapes de conservations à proprement parler. Il est important de signaler que ces étapes sont des plus importantes étant donné qu’ils permettent de réduire les expositions aux bactéries, seuls responsables de la dégradation de vos plats. Pour que la conservation se fasse correctement, il faudra prendre en compte les étapes suivantes :

L’appertisation

L’appertisation, communément appelée mise en conserve, consiste à insérer les aliments dans un bocal hermétique et préalablement stérilisé. Après le remplissage des bocaux, ils doivent être soumis à une forte chaleur pour détruire complètement les micro-organismes. L’appertisation est très facile à réaliser et les produits déjà cuisines, crus ou blanchis trouvent leur place dans cette méthode. La conservation peut s’étaler jusqu’à plusieurs années avec une température ambiante et à l’abri de la lumière naturelle.

Le saumurage

Cette méthode de conservation consiste à baigner les aliments dans une eau salée et aromatisée suivant le goût de chacun. C’est la démarche la plus ancienne et la plus connue de tous les cuisiniers. Les viandes ; les poissons ainsi que les condiments et les fromages sont les produits idéals à plonger dans la mixture.

La fermentation

La fermentation a pour objectif de modifier la nature de l’aliment par l’activation des levures et des bactéries sur les aliments. Les produits vont gagner en acidité. L’intoxication ne se présente pas au rendez-vous puisque la fermentation ne préserve que les bonnes bactéries. Les choucroutes, les cornichons et les chutneys sont les plus souvent utilisés dans cette catégorie. La fermentation varie suivant le liquide employé : la fermentation alcoolique ; la fermentation acétique et la fermentation lactique.

Images : miaucarre.com ; aufilduthym.fr

Des idées de recettes de préparation de Girolles en bocaux

Des idées de recettes de préparation de Girolles en bocaux

La girolle fait incontestablement parti des champignons les plus savourés et recherchés en France, également appelés chanterelle ciboire. Pour cause, son délicat et luxurieux arôme permet d’effectuer des petits plats exquis. Et sa taille est loin d’être un blocage pour les amateurs. Combiner les plaisirs de la cueillette à ceux de la table, la fête !

Les pluies de fin d’été privilégient la poussée des girolles en sous-bois avant la transition à l’automne. Et pour les experts, il n’est pas rare de retrouver la belle chanterelle à cette époque, dans un petit recoin que l’on ne regarderait pas en temps normal. C’est donc la meilleure période pour en faire la récolte et s’en délecter au naturel. Nous allons vous donner tous nos conseils pour embellir la girolle en cuisine !

Les atouts santé et nutrition des girolles

En plus d’être savoureuses, les girolles ont un profil alimentaire très bénéfique. Hypocaloriques, elles produisent moins de 15 cal au 100 g. Elles ont une importante quantité en protéines et en fibres alimentaires, en minéraux (potassium, phosphore et fer), en antioxydants et en vitamines B, D, E, K. Attention particulière pour la remarquable quantité en sélénium, nutriment antioxydant indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Donc, les girolles ont toute leur place à travers une nutrition équilibrée et variée et peuvent être mangées sans contraintes spécifiques. Elles contribuent à combler les nécessités de l’organisme, mais pas que ! Elles privilégient également le bien-être digestif et facilitent la lutte contre le vieillissement cellulaire et l’oxydation.

Comment cuisiner les girolles ?

Avant de cuisiner les girolles, assurez-vous de bien les nettoyer. Toutefois, ne les laissez pas trop longtemps sous l’eau. Effectivement, les girolles sont de véritables éponges qui risquent de s’imprégner d’eau. Vous devez donc utiliser un couteau ou un linge humide pour les nettoyer des saletés. Les girolles peuvent être mangées assaisonnées ou seulement poêlées. Elles sont tout à fait succulentes au naturel. Cependant, si vous êtes plus gourmands, vous pourriez les utiliser pour concocter de savoureuses recettes. À vous de laisser parler votre créativité !

Quelques recettes à découvrir !

Lorsqu’on a la chance de dénicher le meilleur des champignons, il faut apprendre à les conserver avec le plus de précautions. L’intérêt de cette conservation « au naturel » maison est que vous pourrez savourer vos chanterelles ou girolles à votre guise.

Girolles ou Chanterelles au naturel

Cette recette est idéale pour une préparation conséquente. Pour ce faire, vous avez besoin de girolles ou chanterelles, sel et vinaigre.

Otez la base des champignons et nettoyez-les à l’eau. Blanchissez-les pendant 5 minutes à l’eau bouillante citronnée ou aigre. Retirez-les du feu et rafraîchissez-les aussitôt à l’eau claire. Répartissez les champignons dans les bocaux sans bourrage excessif. Recouvrez-les avec une saumure bouillante salée à 15 g/litre jusqu’à 2 cm du rebord. Fermer et exécuter instantanément le traitement thermique durant 1h45 à 100°C.

Bocaux de girolles

Girolles en bocal

Il s’agit d’une recette pour 6 personnes, ne nécessitant que 15 minutes de préparations et 70 minutes de cuisson. Vous n’avez besoin que d’1 kg de girolles, 4 feuilles de laurier, 4 brins de thym frais, 1 càs de graisse de canard (ou huile au choix), sel et poivre.

Alors, commencez par stériliser vos bocaux dans un grand volume d’eau bouillante pendant une trentaine de minutes. Drainez-les en les renversant sur un tissu propre. Otez le morceau terreux des champignons, lavez-les avec un tissu humide. Remettez les girolles dans la graisse de canard en attendant qu’elles rendent leur eau. Salez et poivrez. Partagez-les immédiatement dans les bocaux avec un peu de leur eau, le laurier et le thym. Fermez bien les bocaux, mettez-les dans un récipient rempli d’eau et ébouillantez pendant une heure. Drainez-les, laissez refroidir et stockez dans un placard.

Illustrations :leparfait.fr ; googleusercontent.com

Comment réussir à faire soi-même ses conserves en bocal ?

Comment réussir à faire soi-même ses conserves en bocal ?

Faire des conserves fait partie des traditions que les agriculteurs ont perpétuées depuis quelques temps. Une pratique qui a désormais du succès auprès des citadins, de plus en plus chargés dans leur quotidien. Certains se tournent vers la facilité en achetant les produits finis des supermarchés. Les écolos, quant à eux, préfèrent les réaliser eux-mêmes. Mais comment appliquer une telle méthode de conservation ? Voici quelques conseils à utiliser pour réalisation de vos bocaux.

Comment stériliser les bocaux ?

La réussite de la conservation de vos recettes en bocaux repose surtout sur l’hygiène. En effet, les bactéries favorisent la péremption des aliments. Pour vous en débarrasser, procédez, en premier lieu, à la stérilisation de vos récipients. Munissez-vous de bocaux en verre. Vous avez le choix entre des bocaux à clapet avec joint en caoutchouc, ou les traditionnels bocaux de confiture à vis. Si vous n’en possédez pas, vous pouvez chiner sur les sites d’échange sur Internet. Choisissez en l’occurrence des bocaux en bon état.

Commencer par remplir un faitout d’eau. Plongez-y les bocaux. Ebouillantez le tout pendant 10 minutes. Ensuite, sortez les bocaux du faitout et retournez-les sur un torchon propre pour les égoutter. En les essuyant, vous risquez de transmettre les germes de la serviette sur les bocaux.

Comment conserver les aliments en bocal ?

Bocal stérile

L’intérêt des conserves repose sur la capacité de préserver n’importe quel aliment. Vous pouvez conserver de la viande, des fruits ou des légumes. Les conserves vous permettent même de préserver des plats prêts à la consommation.

Afin d’assurer une conservation durable, choisir des aliments de très bonne qualité, fraîchement cueillis, est primordiale. Favorisez les produits locaux bios. C’est l’occasion rêvée pour vous convertir au locavorisme. Lavez rigoureusement vos aliments pour éliminer toutes les bactéries.

Vous disposez de différentes techniques de conservation. La conservation au sel permet de garder au maximum le goût naturel des aliments. Pour un assaisonnement acidulé, vous pouvez choisir la conservation au vinaigre. Une spécialité italienne propose une conservation à l’huile. Les fruits se conserveront au sucre.

Une fois, vos préparations prêtes, versez-les dans les bocaux aseptisés au préalable. Veillez à bien fermer les bocaux avant de les remettre dans le faitout. Immergez-les dans l’eau, jusqu’à 2 cm au-dessus des couvercles. Faites bouillir pendant une dizaine de minutes. Pour terminer, laissez les bocaux reposer dans l’eau bouillante avant de les retirer.

Les bocaux se conservent dans un endroit frais et sombre pour empêcher la prolifération des germes. Une cave sera parfaite, mais les placards de votre cuisine conviendront aussi. Des aliments en bocal réussis peuvent se garder pendant plus de 2 ans. Cependant, pour apprécier toutes leurs saveurs, ainsi que tout leur potentiel nutritif, il conviendrait mieux de ne pas dépasser un an. Si vous remarquez un changement de couleur sur vos conserves, préférez les jeter.

Les avantages des conserves faites maison

Réaliser ses propres conserves présente d’innombrables avantages. Cela vous permet notamment de consommer des produits hors saison. Et ce, même en hiver, lorsque le potager n’est plus aussi productif.

Vous éviterez aussi de gaspiller de la nourriture. L’abondance des fruits et légumes estivaux peut mettre en situation d’excès. On se retrouve avec des produits périmés, à la fin de la saison. Réaliser des conserves réduira les déchets, d’autant plus que vous pourrez recycler des bocaux.

Avec des conserves faites maison, vous maîtrisez mieux vos ingrédients. Vous éviterez les produits chimiques dans les conserves industrielles. Vous avez aussi le choix des recettes, selon vos préférences.

Vous l’aurez compris, vous avez tout à gagner des conserves maison. Mais votre localité en profitera également. Vous pourriez vous approvisionner en légumes et fruits frais auprès des cultivateurs de votre région. Vous mangerez plus sain, et vous réaliserez aussi des économies intéressantes.

Images : savourer.ca ; pratico-pratiques.com

Comment préparer sa première conserve de pickles ?

Comment préparer sa première conserve de pickles ?

Les pickles maisons sont la dernière idée fantaisiste des « foodistas ». Ils affichent leurs bocaux pleins de couleurs vitaminées sur les réseaux sociaux. Ces conserves de pickles disposent de tous les atouts pour séduire : croquants, végétariens et remplis de saveurs.

Ils font l’unanimité dans le monde entier avec ses légumes ou fruits lacto-fermentés maintenus en saumure. Ces bocaux estivaux reviennent en force après avoir été mis aux oubliettes pendant une longue période. Cet ingrédient chouchou des chefs français peut vous surprendre. Justement, le secret est délivré ici.

Le choix des légumes

Tous les légumes se transforment pratiquement en pickles sauf la pomme de terre. Les produits les plus utilisés sont les cornichons ; les concombres ; les oignons ; les poivrons et les navets entre autres. Les légumes d’exception restent également savoureux tels que les pois chiches ; les fèves fraîches ; l’ail ou encore les échalotes.

Les aromates rejoignent la liste avec les petits piments et herbes. En ce qui concerne les fruits, ceux qui contiennent un pourcentage d’eau faible sont les plus intéressants comme les prunes, mais aussi les cerises.

Les ingrédients de bases d’une conserve de pickles

La base d’un bocal de pickles se compose de quatre éléments : l’eau ; le sel ; le vinaigre ; les légumes et les fruits. La préparation se fera alors comme suit :

L’eau : il faut prendre celui qui contient le moins de chlore, ce qui exclut l’eau du robinet. Dans le cas où cette dernière option est la seule disponible, il faut le faire bouillir et le laisser refroidir dans un récipient fermé.

Le gros sel : S’il est sans additifs est plus favorable à la réalisation de la conserve. Le sel industriel donne un mauvais goût aux pickles. Pour le vinaigre, l’option correspond aux envies de chacun, mais toutes les catégories peuvent être utilisées : du vinaigre blanc au cidre, de riz ou du balsamique.

Les légumes et fruits : La sélection recommandée est la catégorie bio pour que le goût soit au rendez-vous. Les légumes et fruits du marché conviennent également, mais la saveur finale sera différente.

Concombres marinés

La préparation de la conserve

La préparation du bocal se fait également en quatre étapes:
En premier lieu, il faut prendre les légumes sélectionnés en avance ; les rincer et les couper en tranches sous forme de biseaux ou en cubes. Il est inutile de peler les concombres, il suffit de les couper en deux ; enlever les graines pour les tailler en bâtonnets. Les oignons sont à éplucher et à découper en lamelles.

La seconde étape consiste à mélanger l’eau avec le gros sel et rajouter ensuite les légumes pour une marinade de 24 heures.

Pour la troisième étape, il faut stériliser les bocaux vides et les couvercles. Après cette démarche, les conserves doivent sécher à l’air libre sur un essuie-tout.

L’étape finale se divise en deux parties : d’un côté, égoutter les légumes et les placer dans les contenants avec les aromates présélectionnés. D’une autre, préparer une eau bouillante dans un faitout en rajoutant du vinaigre, du sucre et du sel. Ensuite, verser la mixture dans les boites remplies. Le contenu doit être froid avant la fermeture.

La conservation d’un bocal de pickles

Dans le cas d’une fermeture non-hermétique, le bocal de pickles se garde en réserve pendant trois semaines au maximum. Si le contenant est hermétique, la durée se prolonge sur une année.

Enfin, les pickles se dégustent avec un twist jambon beurre et assaisonnent les viandes et les poissons froids. Ils rehaussent aussi le goût d’une omelette ou d’une bonne salade verte. Les conserves trouvent facilement leur place dans le réfrigérateur pour un apéro entre amis ou en famille.

Images : canalblog.com ; wordpress.com

Comment bien réussir la stérilisation des bocaux ?

Comment bien réussir la stérilisation des bocaux ?

Le « home made » ou le fait maison est la nouvelle tendance en termes d’alimentation. Il faut dire que ces derniers présentent toutes sortes d’avantages : économique, naturel et surtout savoureux. Et avec la publicité que les célébrités et professionnels de la santé leur donne, les adeptes de ce type d’alimentation se font de plus en plus nombreux.

Faire des bocaux maison est une manière de garder cette habitude alimentaire. Les recettes que l’on peut faire à partir de cette technique sont nombreuses mais il faut bien sûr en connaître bonnes techniques de préparation. Un point en particulier doit être pris en compte lors de la préparation de conserves maison. Il s’agit de la stérilisation des bocaux. Envie de tester une conserve en particulier ? Voici quelques idées pour assurer la conservation de vos bocaux à l’aide d’une bonne stérilisation.

Pourquoi stériliser les bocaux ?

La stérilisation des bocaux est la solution idéale afin de conserver certains ingrédients. Il s’agit d’une technique de conservation qui vise à expulser l’air du contenant afin de le rendre hermétique. Le bocal doit être ébouillanté dans une eau à 100° ou plus pour éliminer avec sureté les micro-organismes qui pourraient infecter les nourritures. L’eau retenue dans le bocal se métamorphose en vapeur, qui, par sa vaporisation, va expulser l’air. Lorsque la vapeur s’attiédit, le vide s’établit, garantissant une fermeture hermétique.

Prenez garde à ne jamais garnir vos bocaux à plus de 2 cm du bord. La température qui garantit la stérilisation résulte de la qualité de vos ingrédients, de leur acidité, de leur teneur ou de la dimension des bocaux. Souvenez-vous que, plus la recette est acide, plus les micro-organismes sont anéantis en vitesse. Cette action est également appelé l’appertisation.

foie gras en bocal

Quel équipement utiliser ?

Il est important d’utiliser un matériel adéquat afin de garantir une stérilisation réussie. Deux types de bocaux peuvent être stérilisés en fonction de leur couvercle. Il y a ceux dotés d’un couvercle en métal et sans vis. Et ceux dotés d’un couvercle en verre, verrouillés par un étrier en fer à rondelle de caoutchouc. Le bocal ne doit pas excéder un litre afin de procéder à une stérilisation homogène. Vérifiez que le bocal ne comporte aucune anomalie et que le joint s’ajuste correctement sans desserrage. La stérilisation exige une hygiène impeccable, car la moindre bactérie pourrait détériorer le produit.

Grâce à un stérilisateur pour bocal, il est beaucoup plus facile de faire ses préparations. En effet, il permet de faire des quantités considérables en fonction de la recette que vous souhaitez. Il dispose d’un thermomètre extérieur qui sert à contrôler la température, mais surtout à la conserver. Un autocuiseur ou une cocotte-minute peut potentiellement être employé pour des quantités plus modestes.

Comment stériliser les bocaux ?

Avant même de cuisiner, il convient d’ébouillanter les bocaux, les rondelles de caoutchouc ou les capsules durant une quinzaine de minutes. Après avoir cuisiné, garnissez les bocaux jusqu’à un centimètre du bord et fermez-les. Puis, mettez-les dans un contenant, comme une cocotte-minute par exemple. Il est recommandé d’utiliser un torchon épais entre les bocaux et le fond du contenant afin d’éviter tout choc entre eux. Versez de l’eau jusqu’à la limite du couvercle, ajoutez du sel et portez à ébullition à nouveau pour une quinzaine de minutes. Enfin, positionnez les bocaux de sorte à ce que l’ouverture soit orientée vers le bas.

Pour éviter tout danger, comme le botulisme par exemple, il est conseillé de pratiquer une stérilisation en deux phases, à 24 heures ou 48 heures d’intervalle. Si, au bout de quelques jours, des bulles ont surgi près du caoutchouc, cela signifie que la stérilisation est ratée. A cet effet, il n’y a pas eu de vide d’air dans le bocal. Vous devrez alors tout recommencer depuis le début. Les ingrédients issus de stérilisation ratées peuvent également être consommés, mais uniquement au cours des prochains jours.

Images : aufilduthym.fr ; tompress.com

Comment réussir la préparation de vos bocaux ?

Comment réussir la préparation de vos bocaux ?

L’été annonce le retour des bocaux et des conserves. Le potager fait carton plein pendant cette saison. Les paniers se remplissent rapidement de tomates inondées de soleil, de courgettes à ne plus finir, de haricot vert à gogo. La technique à la portée de tous pour conserver ces saveurs d’été, c’est la préparation des bocaux. La congélation se présente comme une option envisageable, mais le goût n’y est plus au moment de la cuisson. Le secret de la réussite des coulis de tomates ou les légumes au naturel, mais encore les fruits au sirop ou confitures se trouvent ici.

Les liquides de conservation

Les liquides de conservation changent en fonction de la recette et des fruits et légumes. Pour les fruits : le liquide peut être sucré ou alcoolisé ; et pour les légumes : le vinaigre ; l’huile ; le sel ou de l’eau naturelle peut fonctionner. La créativité joue un rôle primordial dans la confection des bocaux.

La méthode standard pour réussir ses bocaux

La préparation des bocaux vides se réalise en quatre étapes : le nettoyage des bocaux vides ; la préparation des fruits et légumes ; la stérilisation des bocaux remplis et le stockage après refroidissement.

La préparation des bocaux vides

Les bocaux doivent être lavés avec de l’eau chaude savonneuse. Avant de les plonger, il faut faire une petite vérification de l’état du rebord de la boite, le couvercle et le caoutchouc. S’en suit le rinçage avec de l’eau bouillante. Par la suite, il faut les plonger dans un faitout rempli d’eau bouillante. Après, laisser sécher les boites retournées à l’air libre.

stérilisation

La préparation des fruits et légumes

La sélection des fruits et légumes doit se faire méticuleusement. Il faut que les produits soient absolument sains, frais et nettoyés. Un bon lavage s’avère nécessaire pour la catégorie enterrée. La manière de les cuisiner ou de les blanchir se diffère selon la variété.

Après la cuisson se poursuit le chargement des bocaux. Le remplissage ne doit pas dépasser les 2 cm du bord de la boite. Généralement, ce niveau est souligné au niveau de la boite. Avant de fermer le bocal, la propreté du contour se vérifie aussi.

La stérilisation des bocaux remplis

Par la suite, la stérilisation des contenants chargés se pratique par une immersion dans une marmite remplie d’eau brûlante. Une cocotte-minute, un faitout ou bien un stérilisateur électrique peuvent bien faire l’affaire. Le calage avec un torchon doit se faire minutieusement pour que les bocaux n’entrent pas en choc. Cette étape s’avère essentielle quand le contenu est au naturel ou bien mélanger avec du sel ou du sucre. Les conserves d’alcool et de vinaigre sont dispensées. Le temps de pasteurisation varie de 30 min à 1 h 15 suivant la recette. L’eau doit être complètement froide avant l’évacuation des bocaux.

Pour tester la réussite de la stérilisation, il faut activer le fermoir en métal et tirer sur le couvercle. La résistance valide le succès de cette démarche. Dans le cas contraire, il faut reprendre l’opération et s’assurer que les joints et le contenant sont en bon état.

Le stockage après refroidissement

La conservation des bocaux chargés doit se faire dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière jusqu’au moment de sa dégustation. La durée de la préservation est limitée pour un an.

Les incidents fréquents liés à la production de bocaux

Un bocal trop ou pas assez rempli empêche la réussite d’une procédure de stérilisation. Elle peut être également ratée si le joint est défectueux. Dans le cas où, le couvercle s’ouvre tout seul au moment de la dégustation, le contenu est périmé.

Images : advcdn.net ; monmagasingeneral.com

Comment bien stériliser ses bocaux de conservation ?

Comment bien stériliser ses bocaux de conservation ?

L’été est la meilleure période pour la mise en conserve de multiples légumes et fruits baignés de soleil, et que l’on savourera en hiver. Lorsque l’on possède un jardin potager, on finit constamment par avoir trop de fruits ou de légumes à la fois. Du coup, pratiquer des conserves est le moyen idéal pour préserver cette production. Mais pour une conservation sans danger, il est indispensable d’insister sur la stérilisation.

La stérilisation n’est pas du tout compliquée. Il s’agit d’une phase fondamentale dans la préparation de bocaux, chutneys, conserves, et autres. Cela permet d’éviter tout dépérissement du produit et tout danger sanitaire pour les consommateurs. Découvrons ensemble les raisons de cette phase incontournable, le matériel qui s’offre à vous et le procédé pour pratiquer la stérilisation de vos bocaux alimentaires.

Pourquoi stériliser ses bocaux ?

Par principe, la stérilisation est une technique visant à exterminer différents micro-organismes comme les virus, les champignons et les bactéries et autres parasites, présents sur un substrat matériel, de manière pérenne.

An cet égard, pour être stérilisé, un bocal de conservation doit être ébouillanté dans de l’eau à plus de 100°C. Il existe plusieurs techniques et types de stérilisateurs vous permettant de stériliser vos bocaux de manière complète.

Comment stériliser ses bocaux de conservation ?

La sélection du matériel est décisive pour la stérilisation de vos bocaux. Durant la phase de la stérilisation, il est nécessaire d’élaborer une hygiène entièrement parfaite. Vous pouvez trouver des bocaux spéciaux pour la stérilisation dans le commerce. Ils sont en verre plutôt épais et doté d’une vis ou d’un crochet afin de garantir une fermeture hermétique.

stérilisation bocaux

Le matériel de stérilisation

Vous avez largement le choix, entre le stérilisateur, le bouilleur, l’autocuiseur, ou la simple casserole.

Le stérilisateur est doté d’un thermostat, d’un minuteur, ainsi que d’une vanne de vidange, qui permet d’ajuster la stérilisation en fonction des nourritures.

L’autocuiseur va monter à 110° voire plus, pour une stérilisation réussie, grâce à la pression. Mais aussi, le traitement est particulièrement rapide, à peu près 30% de temps en moins comparé au bouilleur.

Le bouilleur, également appelé lessiveuse, est seulement capable d’atteindre 100°. Il est très approprié à la stérilisation de nourritures délicates, comme le foie gras.

La technique

Installez vos bocaux debout dans le contenant dans lequel vous les stériliserez. Si vous utilisez une cocotte-minute, une casserole ou un faitout, placez des torchons entre les bocaux et le fond du récipient. Cela évitera qu’ils ne se heurtent et ne soient en contact avec la source d’énergie.Versez l’eau salée dans le contenant qui doit recouvrir les bocaux. Afin d’empêcher le choc thermique, l’eau salée doit être à la même température que les bocaux.

Si vous utilisez une cocotte-minute, veillez à ce que l’eau soit à mi-hauteur des bocaux. Fermez et mettez la soupape. Dès que le temps de cuisson touche à sa fin, conservez les bocaux dans la cocotte, sans ôter la soupape. Peu importe le contenant utilisé comme stérilisateur, respectez la durée de cuisson prévu pour chaque nourriture, au risque de ne pas réussir à conserver vos bocaux. Les bocaux doivent être entièrement refroidis avant d’être manipulés.

Les éventuels problèmes

Si vous utilisez des bocaux avec caoutchouc, des bulles risquent de se former entre le couvercle et le contenu si vous pencher le bocal.

Pour les bocaux à couvercle en métal : après la stérilisation, le couvercle est resté plat et si vous pressez dessus, il revient à cette posture.

La stérilisation ne s’est correctement effectuée. Ainsi, il n’y a pas eu de vide d’air dans le bocal. Vous pouvez soit repartir de zéro, soit manger le contenu dans les jours qui viennent.

Images : tompress.com ; academiedugout.fr

Recette de conserves à l’Italienne

Recette de conserves à l’Italienne

La gastronomie italienne est l’une des plus appréciée au monde. Si nous connaissons les pizzas et diverses préparations de pâtes, il est important de noter que les ingrédients qui accompagnent ces plats ne sont pas disponibles tout au long de l’année. C’est là que les conserves à l’Italienne entrent en jeu ! Les préparations fait maison sont particulièrement appréciées par les adeptes de ce type de gastronomie. Vous souhaitez faire vos propres bocaux ? Voici quelques idées pour des conserves à l’Italienne réussies !

Recette de conserve de légumes à l’huile

Cette recette correspond à 3 litres de conserve. Vous aurez besoin d’un kilo d’aubergines, un kilo de poivrons jaunes et rouges, un kilo de courgettes, une gousse d’ail, un bouquet de romarins, un bouquet de thyms, 50 cl de vinaigre, une cuillère de gros sel, du poivre et de l’huile d’olive. Il est important de choisir des légumes frais pour garantir un meilleur goût et une conservation durable. Pour ce faire, privilégiez les produits locaux bio.

Pour commencer, découpez les légumes en grosses rondelles. Puis étalez les aubergines et les courgettes sur des planches différentes. Saupoudrez-les, ensuite, avec le gros sel. Laissez les légumes dégorger pendant 24 heures. A part, Mélanger le vinaigre avec un demi-litre d’eau et une cuillère de gros sel. Portez la solution à ébullition. Ajoutez-y, maintenant les poivrons. Laissez mijoter pendant 8 minutes. Après, égouttez les légumes et laissez-les séchez pendant toute une journée sur un torchon propre. Enfin, entassez le tout dans les bocaux avant d’ajouter toutes les épices. Couvrez avec l’huile d’olive.

Cette recette peut se décliner avec d’autres légumes de votre choix. Vous pouvez mélanger les légumes dans un seul bocal ou les partager dans 3 bocaux différents.

Comment bien préserver ses conserves ?

Bocal à vis

Pour cette recette italienne, préparez un grand bocal de 3 litres, ou 3 bocaux de 1 litre chacun. Préférez les bocaux à vis hermétiques. Vous n’êtes pas obligé d’en acheter de nouveaux, car des bocaux de confiture feront l’affaire. Il est important de les stériliser avant de les utiliser pour assurer une meilleure conservation des légumes. La stérilisation libérera les récipients de tout germe risquant de pourrir les aliments.

Mettez les bocaux ouverts dans une grosse casserole remplie d’eau. Faites bouillir pendant 10 minutes à feu vif. Retirez ensuite les bocaux. Retournez-les sur un torchon propre pour les égoutter. Ne les essuyez surtout pas.

Entreposez les légumes dans les bocaux secs. Assurez-vous de bien fermer les couvercles avant de les remettre dans la casserole. Immergez-les d’eau à un niveau de 2 cm au-dessus des bouchons. Laissez bouillir une seconde fois. Vous pouvez éteindre le feu, mais, vous devez attendre 5 minutes avant d’ôter les bocaux de l’eau. Maintenant, garder vos conserves dans un endroit frais, à l’abri de la lumière.

En principe, vos légumes en conserves peuvent durer entre 12 à 18 mois. Mais pour bénéficier de toutes leurs valeurs nutritives, elles se consomment au cours de l’année de leurs fabrications. Il vaut mieux jeter les légumes dès que leurs couleurs naturelles changent.

Pourquoi garder des légumes en conserves ?

Les conserves italiennes ajoutent du goût à vos préparations. Les épices ainsi que le temps d’assaisonnement, rehaussent la saveur des légumes. Elles accompagnent, à la perfection, les pâtes, mais aussi les salades.

Tous les légumes ne sont pas disponibles tout le long de l’année. Garder des conserves vous permettra de déguster vos légumes préférés à tout moment. Profitez de sa saison pour concocter vos propres conserves. De cette manière, vous bénéficierez mieux de ses valeurs nutritives car le processus industriel appauvrit les apports des aliments. En réalisant vous-même vos légumes en conserves, vous en préserverez un goût plus naturel.

Images : i.pinimg.com ; lexpress.fr

Tout savoir sur la conservation des olives

Tout savoir sur la conservation des olives

Natifs de l’Asie Mineure, les olives sont connues et dégustées depuis plusieurs millénaires. La méditerranée tire la réputation de ses plats gastronomiques par ce produit d’exception. Le goût diffère suivant les procédés de conservation. Quelles sont les meilleures techniques pour garder des olives fraîches ? Voici quelques recettes de conserves pour olives !

La préparation et la conservation des bocaux d’olives faites maison

Le goût d’une olive conservé suivant lesméthodes traditionnelles sera toujours le meilleur. Un olivier trouve bien sa place dans un petit jardin. Les olives vertes ne se récoltent pas à la même période que les olives noires. Sa couleur évolue au fur et à mesure du temps qui passe. La maturation peut aller jusqu’à plusieurs mois, mais pour la consommation, il faut patienter pendant la période de conservation. Quels sont alors les processus de conservations les plus utilisés ?

La préparation des olives

Avant d’entamer un processus de conservation, il convient de préparer les olives. Cette étape consiste à mettre les fruits cassés à l’avancedans de l’eau froide ou dans une solution vinaigrée pendant une ou deux semaines. Elle va permettre aux olives de dégager toute son amertume. Dans le cas de l’utilisation d’une eau froide, il faut prendre le temps de le remplacer journalièrement. Après ce long bain, les produits s’essuient avec un torchon propre et se place dans un bocal sec.

La conservation des olives en saumure

La méthode la plus connue et la plus utilisée est la conservation dans une saumure. C’est une démarche très ancienne pour garder en réserve plusieurs types d’aliments. La saumure se réalise par lacombinaison de l’eau et du sel. C’est ce dernier ingrédient qui va déshydrater et permettre la conservation des olives.
La préparation d’une saumure pour olives se déroule comme suit : il faut prendre 100 grammes de gros pour 1 litre d’eau. Ensuite, faire bouillir le mélange dans un grand faitout.

Des aromates comme des graines de coriandre, des clous de girofle ou des branches de thym peuvent être ajoutés à la préparation. La mixture doit refroidir avant de répartir le liquide dans les bocaux qui contiennent déjà les olives nettoyées. Il faut fermer soigneusement le bocal pour qu’il soit bien hermétique. Le processus de conservation peut aller jusqu’à une période de deux mois à l’abri de la lumière. Avant la dégustation des olives conservées, il faut les rincer à l’eau claire.

olives en saumure

La conservation des olives dans l’huile

Cette formule est plus facile à appliquer puisqu’il faut seulement prendre les bocaux remplis d’olives à moins de 1 centimètre du bord. Ensuite, ajouter les aromates sélectionnés selon le goût du préparateur et charger les boites avec unehuile d’olive de préférence. Le contenant doit être fermé minutieusement pour l’étanchéité. La durée de conservation s’étend sur deux mois également avant la dégustation, à l’abri de la lumière.

La conservation des bocaux d’olives industrielles

Comme les bocaux d’olives faites maison, ces produits commercialisés dans les grandes surfaces se conservent àtempérature ambiante sur une période allant jusqu’à un an si la boîte n’est pas encore ouverte. Pour les adeptes des bocaux traditionnelles, le délai tombe bien puisque la cueillette se renouvelle annuellement.
Dans le cas contraire, le délai se raccourcit sur un mois pour les deux catégories de bocaux.

La quantité du liquide de conservation ne doit pas diminuer pour préserver les restes de fruits dans le contenant. Il faut également vérifier l’intégrité des olives vendues vitrine puisqu’il existe de fausses olives noires sur le marché. Le temps de faire mijoter des sauces à base d’olives, une tapenade, mais encore des tajines et le contenu des boites disparaît en un clin d’œil.

Images : i.pinimg.com ; canalblog.com

Tout ce qu’il faut savoir pour réussir les conserves maisons

Tout ce qu’il faut savoir pour réussir les conserves maisons

Des petites craterelles aux courgettes, en passant par les fruits, tout se conserve ! Tant pour les condiments que les marmelades, le fait maison est en vogue. Et le mois d’août, c’est la meilleure période pour cela. C’est la haute saison idéale pour vous préparer à faire des conserves que vous pourrez consommer sur le long terme. Et vu que c’est chouette de goûter un morceau de cornichon du jardin justement en décembre, à vos bocaux! Envie de trouver les bonnes techniques pour faire votre préparation ? Voici quelques idées qui pourront vous permettre de faire des conserves de qualité !

Les meilleures raisons de s’y mettre

Le principal atout de faire ses propres conserves résident dans la facilité de la démarche. Il vous faut très peu de matériel et n’importe quel ingrédient peut faire l’affaire pour votre préparation. D’autant plus que les techniques disponibles pour réussir les recettes sont très variées. Même un apprenti cuisinier pourra facilement faire ses conserves, en vue d’une consommation sur le long terme.

Les conserves maisons vous permettent de profiter des fruits et légumes de saison toute l’année. Elles vous permettent d’avoir une alimentation de qualité nutritive et dont on connaît l’origine. Consommer des produits de saison privilégie également l’économie locale grâce au développement des marchés bio. Vous pourriez également faire des économies et éviter le gaspillage alimentaire. De cette manière, vous pourriez tirer profit des fruits trop mûrs en faisant des compotes et des confitures.

Mais pas que ! Les conserves maison respectent davantage l’environnement. Le verre est sain, naturel, réutilisable, recyclable ne libérant aucune substance toxique. C’est un produit élément de santé par excellence. Faire vous-même vos conserves est l’occasion de surprendre vos proches et de passer ce temps en famille ou entre amis grâce à l’échange des recettes de toutes sortes. Les conserves sont faciles à stocker et à transporter, ultra-pratiques pour vos pique-niques.

Les meilleurs réflexes pour des conserves en bocaux abouties

Bocal

Si vous ne souhaitez pas voir vos conserves pourrir et s’exposer au botulisme, il est indispensable de bien stériliser les bocaux en verre, ainsi que les mécanismes de fermeture avant et après la préparation.

Pour cela, vous devez les plonger dans une marmite d’eau bouillante, soutenus avec un chiffon afin qu’ils ne se heurtent pas. Vous pourriez aussi les stériliser au four à 150 °C/th. 5 en les plaçant sur une plaque. Une fois terminé, laissez refroidir les bocaux à l’envers. Lavez minutieusement les composants, mijotez-les et garnissez les bocaux jusqu’à 2 cm du rebord. Il faut que les bords soient parfaitement propres avant de les fermer et assurez-vous qu’ils sont tous hermétiquement fermés avant de les classer.

Gardez à l’esprit de bien sélectionner des ingrédients ultra frais. Par exemple, les légumes et fruits ne doivent pas être pourris, desséchés ou trop mûrs. Concernant le poisson ou la viande, vous devez les préparés le jour-même avant de les conserver.

Quelques recettes à mettre en bocal

Voici quelques recettes préférées de conserves de légumes cuisinés :

Pour préparer une compotée de poivrons rouges au poivre, lavez et tranchez subtilement 350 g de poivrons rouges. Ebouillantez 145 g de sucre, le jus d’un citron vert, le poivron et 1/2 càc de poivre noir. Versez la composition très chaude dans un bocal, puis retournez-le au moins 20 mn.

Pour la confection d’un coulis de tomate, faites bouillir 1 kg de tomates afin d’ôter les peaux, enlevez les graines et tranchez-les en cubes. Faites revenir les tomates, 2 oignons découpés, 2 gousses d’ail dégermées, et le basilic, thym, romarin bien lavées et 2 càs d’huile d’olive durant 20 minutes. Salez et poivrez, mélangez le tout. Garnissez des bocaux et stérilisez-les pendant 45 mn.

Illustrations : monmagasingeneral.com ; pmdstatic.net